Merci à la Suisse!

04 mars 2018

Communiqué de l’Association Non à la disparition des radios et TV

Merci à la Suisse!

L’Association contre la disparition des radios et TV remercie la population suisse et en particulier romande  d’avoir permis à notre pays de préserver son remarquable paysage médiatique. Que ce soit au niveau national ou régional, nos médias prennent chaque jour le pouls de notre pays et relayent la vie de la Suisse et des 26 cantons. Grâce au soutien public de la redevance, 60 chaînes de radios et de TV nationales et régionales continueront à proposer quotidiennement une qualité et une diversité d’information inégalée dans le monde.

Ce qui s’est joué le 4 mars, c’est bien sûr l’avenir de la SSR. Le non à l’initiative lui permettra de réfléchir aux enjeux et attentes et de faire des propositions de redéploiement. Un oui aurait eu pour conséquence la fermeture de ses studios. Les dirigeants de la SSR ont indiqué à plusieurs reprises lors de la campagne leur volonté d’évolution. L’Association salue la détermination de la SSR et l’encourage en ce sens.

D’autre part, l’Association souligne la signification particulière de la votation du 4 mars pour les cantons romands. En Suisse romande, chaque canton dispose d’un journal, d’une radio, d’une télévision régionale et d’un service public national radio et TV. Les médias régionaux ont su tisser des liens forts avec la population. Ils apportent une contribution indispensable à la formation de l’opinion dans les communes et les cantons. Ils alimentent les racines de la démocratie directe helvétique. En complémentarité avec les médias régionaux, la RTS contribue fortement à l’identité romande. Elle fait rayonner la Suisse romande dans le reste du pays et à l’étranger. Elle apporte une contribution indispensable à la vie démocratique, à la culture, au cinéma et au sport suisses romands.

Au cours des prochains mois, deux consultations seront effectuées par l’administration fédérale, la première portant sur la concession de la SSR et la seconde sur la Loi sur les médias électroniques. L’Association recommande un calendrier qui tienne compte de la pression politique exercée sur la SSR. La proposition actuellement soumise à consultation impose à la SSR un véritable statu quo qui ne lui permettra pas de redéfinir ses priorités. De même, la Loi sur les médias électroniques dont les contours seront connus cet été arrive trop tôt.

Afin d’éviter que l’avenir des médias suisses soit déterminé par l’Administration fédérale ou la politique, il importe que la branche se saisisse du dossier dans son ensemble. La convergence des médias vers le support commun que constitue internet modifie très rapidement le paysage médiatique. Le projet de concession de la SSR actuellement en consultation est déjà en retard. Convergence, complémentarité, subsidiarité, économicité, qualité du travail rédactionnel, soutien au débat et à la formation de l’opinion publique, tels sont les défis à relever.

L’Association contre la disparition des radios et TV remercie les 700 personnes qui ont adhéré en quelques mois et ont manifesté une réelle générosité. Grâce à elles, l’Association a pu conduire en Suisse romande une campagne efficace et convaincre la majorité de la population de la dangerosité de l’initiative no-Billag.

Autres informations :
Philippe Zahno
Secrétaire général de l’Association contre la disparition des radios et TV
079 459 72 85